Népal – un „smart grid“ pour le village Mohari

Au début, nous avons passé quelques jours à Pokhara et avons profité d’un circuit de trekking sur la haute montagne Poon Hill. De là, nous avions une vue imprenable sur la région de l’Annapourna. C’est l’une des activités touristiques les plus célèbres des environs. Ensuite, nous avons continué jusqu’à Tansen où nous avons rendu visite à Marianne Brocqueville et avons pris connaissance de son travail au sein de l’école des laborantins du «United Mission Hospital» (cf. Lettre de nouvelles 09/2018). Encore profondément impressionnés, nous avons poursuivi notre périple en direction de Jumla. Alex nous avait conseillé de choisir les déplacements en taxi, en bus ou en véhicule utilitaire plutôt qu’en avion. C’est ainsi que nous avons pu nous imprégner des impressions fortes du voyage. Nous avons réalisé à quel point Mohari était effectivement isolé, combien le paysage était magnifique et combien d’adrénaline le corps pouvait sécréter sur la «route» entre Nepalgunj et Jumla Bazar! Après encore quelques heures «porteuses d’adrénaline» en Jeep et à pied, nous avons atteint Mohari. 3200 m d’altitude et un sentiment d’avoir fait un retour de 500 ans en arrière dans le temps. Liens vidéos ci-après.

L’équipe locale de RIDS est installée là depuis plusieurs années et travaille avec succès en collaboration avec les habitants de Mohari. Toutefois, le projet actuel est particulier et, jusqu’à maintenant, unique en son genre: Une centrale hydroélectrique Pico, modulaire avec une puissance de 6 kilowatts, l’aménagement de l’accès à la tension alternative de 230 Volt des 42 habitations du village, l’installation de compteurs électriques intelligents (Smart Meters) afin de livrer de l’électricité sur la base d’un système de prépaiement de même qu’une utilisation intelligente du surplus d’énergie. C’est un projet-pilote d’une assez haute complexité qui représente une nette amélioration de la qualité de vie et aide au développement de la région à long terme.

L’objectif de l’étape actuelle jusqu’à fin novembre 2018 était d’équiper chaque foyer participant au projet, d’ampoules électriques LED et d’une prise électrique. C’était un objectif ambitieux qui devait être atteint dans des circonstances difficiles si on les considérait avec les yeux d’un Suisse. Ce qui nous a étonné, ce fut le travail fourni par les habitants du village au profit du projet: Cent journées de dur travail bénévole par habitation. A cela s’ajoutait la construction d’un bâtiment pour abriter les turbines et un bâtiment d’exploitation, la construction de la capture d’eau dans un ruisseau à l’eau glaciale. Il fallait également enterrer environ 500m de conduite d’eau sous pression, poser sous terre plusieurs km de câble à travers tout le village afin d’éviter l’abattage des arbres pour en fabriquer des poteaux électriques. Tout cela avec les moyens les plus simples, sans machine et bien avant que les villageois ne voient une quelconque utilité à toute l’opération. Une preuve incroyable de la confiance de ces gens à l’égard de cette équipe et du travail de RIDS.

Durant ce temps, en plus de l’équipe de RIDS, il y avait jusqu’à 10 collaborateurs externes, des USA, de la Nouvelle-Zélande, et évidemment, de la Suisse, présents sur le site. Malgré la pression du temps et des situations qui exigeaient beaucoup d’improvisations, l’ambiance est restée détendue et chacun soutenait l’autre. Un grand point fort a été le travail avec les collaborateurs locaux de RIDS qui sont devenus de véritables amis. De plus, nous avons reçu un tellement bon accueil de la part des habitants du village. Ce sont des personnes si accueillantes, et cela malgré la barrière des langues. Un moment inoubliable fut le soir du 24 novembre! Après quelques essais infructueux, tout à coup, la lumière a surgi dans toutes les maisons. Quelle joie dans le village! En tout, 300 watt(!) sont utilisés pour tout le village ayant 42 habitations. Cela est impensable pour nous en Europe.

C’est ainsi que le village de Mohari est entré en possession d’une usine électrique avec énergie renouvelable, des câbles électriques enterrés (ce qui est très étrange au Népal), des compteurs et une consommation électriques intelligents, et bien sûr: de la lumière dans les maisons! Un Smart Grid dans un village qui, d’un autre côté, a l’air de vivre comme il y a 500 ans en arrière. Un véritable voyage dans le temps!

Nous avons un peu pu contribuer au fait que la lumière fut pour la première fois dans les habitations de Mohari et cela juste avant le temps de l’Avent chez nous. Pour Noël et la nouvelle année, notre voeu est que la lumière ne resplendisse pas seulement dans leur maison mais que la Lumière de Noël éclaire aussi leur coeur. Cette lettre de nouvelles pourrait s’intituler: «Que la lumière soit à Mohari!» Pour tout cela, je dis: «Dhanyabad (Un grand merci)!» à Alex et à son équipe à Jumla!Ernesto et moi sommes très reconnaissants d’avoir vécu tous ces moments. Cela démontre qu’un engagement à court-terme pour les gens dépassant la cinquantaine est possible et qu’il peut être d’un grand profit pour les 2 côtés. Si toi, chère lectrice, cher lecteur, tu es en train de réfléchir quant à un engagement à court terme, n’hésite pas et prend contact avec notre secrétariat. Fais le pas. Cela vaut le coup et ouvre l’appétit! Pour notre part, nous pensons déjà à notre prochain engagement.

RIDS Népal
Le sigle RIDS est utilisé pour nommer le «Rural Integrated Development Services ». Cette organisation d’aide au développement a été fondée en 2002 par le partenaire d’Interserve Alex. D’autres informations à propos de RIDS, sa méthode de travail et le développement des nouvelles aux projets, sont disponibles sur les liens: www.rids-nepal.org, www.rids-switzerland.org

Le Smart Grid
Un réseau électrique intelligent – dont smart grid est l’une des dénominations anglophones – est un réseau de distribution d’électricité qui favorise la circulation d’informations entre les fournisseurs et les consommateurs afin d’ajuster le flux d’électricité en temps réel et de permettre une gestion plus efficace du réseau électrique.